09 septembre 2007

On ne s'était pas dit : "Rendez-vous dans 10 ans"

La mondialisation, ça peut avoir du bon.

Je vous explique :
La grosse boite genevoise pour laquelle j’ai la chance de travailler vient d’acheter une boite danoise qui, il y a quelques années, avait acheté une boite belge qui avait acheté une petite boite française basée à Grenoble avant d’être déménagée à Grasse (J’espère que tout le monde a suivi).

Il se trouve que j’ai effectué mes débuts professionnels dans cette petite boite grenobloise et que j’y ai officié de juillet 1995 à décembre 1996.

Pour vous donner une idée des relations qui régnaient alors entre la Direction et le Petit Personnel, laissez moi vous conter une délicieuse anecdote :

A l’approche de Noël, avant le traditionnel repas de fin d’année, avait lieu la « Réunion des affaires » pendant laquelle notre bien-aimé P.D.G. venait nous présenter les résultats de l’entreprise.
Et justement, fin 1995, ces résultats n’étant pas très bons, notre bien-aimé P.D.G. avait tenu à nous remotiver par ce petit discours empli de passion, d’humanité et de foi en l’avenir :

« Avant de commencer, laissez-moi vous rappeler ce qu’est une entreprise :
Une entreprise, c’est un groupe de personnes qui investit de l’argent dans un outil industriel. De cet investissement, ils attendent un certain rendement, de préférence supérieur à un placement financier.
Or, cette année, les résultats ne sont pas bons du tout.
Alors, l’année prochaine, il va falloir que VOUS travailliez beaucoup plus dur pour que MOI, je puisse distribuer des dividendes à mes actionnaires. »

Gonflés à bloc par cette puissante harangue, nous travaillâmes tant que les résultats de l’année suivantes furent encore pires et que notre bien-aimé P.D.G. fut forcé de licencier quatre employés, votre serviteur tenant fièrement sa place dans la charrette.

Notons en passant que, pour réaliser la même économie, notre bien-aimé P.D.G. aurait pu ne licencier qu’une seule personne, notre bien-aimé et totalement incompétent Responsable de Laboratoire, et que mettre à la porte les deux tiers du service Recherche & Développement n’est pas forcément une bonne idée quand on est déjà au bord du gouffre.

Cependant, l’ambiance dans le laboratoire était fabuleuse et nombre de mes collègues, compagnons de galère, étaient devenus des amis.

Fin de l’historique. Retour en 2007.

Il y a quelques jours, l’intégration de la boite danoise dans la grosse boite genevoise pour laquelle j’ai la chance de travailler étant finalisée, je fouille l’intranet en me disant que, peut-être, certains de mes anciens collègues grenoblois étaient restés fidèles au poste et que nous nous retrouvions donc, plus de dix années plus tard, à travailler dans la même société.

A ma grande joie, je retrouve la trace dans notre nouvelle filiale de Grasse de ma copine Ghys qui en est donc à sa quatrième boite en dix ans, sans changer de travail ! Nous nous appelons et restons une heure et demi à bavarder comme si nous nous étions quittés la veille, tout heureux de nous retrouver.

Mais le coup de chance ne s’arrête pas là.

Pendant la discussion, je lui demande combien de personnes travaillent dans leur laboratoire R&D et s’ils font le même travail que moi. Elle me répond alors :

« Oui, il y a une personne qui fait le même travail que toi. Et tu la connais... »

Je la connais ? Tiens ? Son nom ne me dit pourtant rien...

« C’est parce qu’elle s’est mariée récemment et qu'elle a changé de nom ! Elle a été ta stagiaire il y a onze ans, rappelle-toi tête d’enclume ! »

Le « Small world effect » venait de frapper, juste là, entre les deux oreilles.

C’est alors que tout me revient ; je me souviens d’une fille éminemment sympathique, drôle et plutôt très mignonne ... qui fait donc maintenant le même travail que moi, dans la même boite.

Et vous savez quoi ?
Elle vient à Genève demain. Il est même possible que nous dînions ensemble.

Je crois que nous allons avoir des tas de choses à nous raconter...

11 Comments:

At 10 septembre, 2007 09:04, Anonymous Anonyme said...

Aaaj ouaip, joli coup du destin! ça fait plaisir ça...

 
At 10 septembre, 2007 16:27, Anonymous Anonyme said...

ta femme participe au repas de retrouvailles ou elle va attendre dans le canapé familial pour te demander à ton retour sur un ton sec "j'espère que c'était bien ton repas" pour aller ensuite se coucher en claquant fortement la porte de votre chambre ;)

 
At 10 septembre, 2007 21:15, Blogger wayne99 said...

dragibus: ca sent le vecu ca!!

 
At 10 septembre, 2007 21:18, Anonymous Anonyme said...

j'ai l'impression que Dragi parle en connaissance de cause... :)

 
At 11 septembre, 2007 08:33, Anonymous Anonyme said...

J'ai pensé exactement la meme chose que Dragibus, c'est peut etre un signe ... ou le ton de ta note ...

 
At 11 septembre, 2007 08:56, Anonymous Anonyme said...

De toute façon, Ghys va se pointer avec son mari, et lorsque Franck racontera sa soirée à sa femme après qu'elle ait claqué la porte de la chambre, elle va se bidonner comme une baleine et prétexter le mal de crâne lorsqu'il tentera le rapprochement !

 
At 12 septembre, 2007 09:26, Anonymous Anonyme said...

non je ne parle pas en connaissance de cause du tout mlle 4 et monsieur Wayne
mais effectivement le Franck m'apparait un peu (trop) guilleret ds sa note .....

 
At 12 septembre, 2007 21:11, Anonymous Anonyme said...

on dit ca on dit ca... :)
mais tu as raison pour Franck, faut le recadrer de suite sur ce "coup" là (je ris)

 
At 13 septembre, 2007 21:39, Anonymous Anonyme said...

ah bon elle a un mari ghys ?
bises sabine

 
At 13 septembre, 2007 21:55, Anonymous Anonyme said...

Re
Et pourquoi il y a nulle part une adresse mail pour t'écrire dans ce blog (très complet : félicitation !!!) ... mais si je veux te raconter mes dernières lectures ou autres sorties ciné, je ne peux pas le faire ici !!!???
Bises à tes filles et à Solange ... et à toi aussi... et à Caramel (vous avez toujours Caramel ?)
Sabine

 
At 16 septembre, 2007 02:09, Blogger Franck said...

Tout le monde > Merci, merci et encore merci ! Vous m'avez fait pleurer de rire !
Je pensais vous raconter le pendant et l'après des retrouvailles mais ce ne sera jamais aussi drôle et inventifs que vos excellents commentaires !
Vous êtes vraiment trop forts, chapeau bas !

Sabine > Quel bonheur de te retrouver toi aussi ! Figure-toi que Maryline avait apporté quelques photos de toi et moi prises il y a onze ans (et que j'ai failli ne pas la reconnaitre...) ! Quantité de bons souvenirs me sont revenus en mémoire (ce serait quand même trop bien qu'on se revoit bientôt).
Tes bises ont été transmises (à Caramel aussi) et c'est à notre tour de t'en envoyer un plein wagon.
Pour nous écrire : brenthonnelesvaches[arobase]gmail[point]com

 

Publier un commentaire

<< Home