04 juillet 2007

Liquidation totale au rayon "Quincaillerie"

Cela faisait un peu plus d’un an et quatre mois qu’elles et moi vivions ensemble.
Quatre cent quarante quatre jours pour être précis.

Certes, notre première rencontre avait eu lieu dans des circonstances assez peu agréables. Douloureuses même.
Elles étaient arrivées dans ma vie comme ça, du jour au lendemain, sans y être vraiment invitées. Je les avais d’abord considérées avec agacement mais j’avais fini par m’y habituer, par m’y attacher, tant elles avaient su se faire efficaces discrètes, au point de faire partie de moi. Physiquement.

Je savais pourtant qu’un jour ou l’autre, il faudrait qu’elles s’en aillent, leur tâche accomplie.
Et hier matin, elles sont parties.
Elles sont parties comme elles étaient venues, pendant mon sommeil, sans que je m’en rende compte.

Il ne me reste rien d’elles car il n’a pas été possible de les garder près de moi.
Seuls subsistent quelques clichés, des souvenirs, et une marque indélébile sur ma peau.

Adieu mes six si jolies petites vis.
Adieu, et merci.

5 Comments:

At 05 juillet, 2007 10:16, Anonymous Anonyme said...

Allons allons... 6 de perdues.. euh... 6 de perdues. :D

 
At 07 juillet, 2007 14:53, Blogger Franck said...

GrandK > :-D
J'espère que cette petite expérience de boulonnerie médicale restera la première et la dernière !

 
At 08 juillet, 2007 23:26, Anonymous Anonyme said...

Pas envie de devenir le descendant de Steve Austin ??

Dommage de n'avoir pas pu les garder, je suis sure que ça aurait pu etre rigolo de les montrer à tes puces ( ou leurs copains :)) quand elles seront plus grandes ... ou aux petits enfants, au coin du feu. J'imagine dejà les histoires .

 
At 09 juillet, 2007 14:58, Anonymous Anonyme said...

mon mari en a deux dans la cheville ... c'est grave de les garder longtemps ?
ca va faire 11 mois pour lui ....

 
At 09 juillet, 2007 15:09, Blogger Franck said...

Hécate > Et oui, c'est dommage, je les aimais bien mes p'tites vis...
Le chirugien me disait qu'avant (avant quoi ? j'en sais trop rien), il les mettait dans une petite boite et les donnait au patient après l'opération, mais ce n'est plus possible maintenant.
Peut-être pour limiter les risques sanitaires ... ou pour les ré-implanter sur quelqu'un d'autre, par souci d'économie ;-)

Elodilili > Bienvenue à Brenthonne-les-vaches ! J'espère te revoir souvent dans nos verts patûrages.
J'ai gardé mes p'tites vis chéries pendant 1 an et 4 mois (c'est écrit dans le billet) et ça n'a posé aucun problème. Quand j'ai demandé au chirurgien s'il n'y avait pas un risque que l'os aie "phagocyté" la ferraile, il m'a répondu "Dans ce cas là, on rabote l'os et le tour est joué !".
Rassurée ? (pas trop on dirait...)

 

Publier un commentaire

<< Home