12 juillet 2006

Liberté, Egalité, Bal des pompiers

Souvenez-vous.
Il y a tout juste huit ans, jour pour jour, la France remportait une victoire historique. Une victoire sans bataille, une victoire sans morts ni blessés, une victoire sans haine ni violence.

Une victoire qui soudait le peuple dans un seul élan et une seule joie, un peuple qui prenait enfin conscience de ce qui le rassemblait et qui vibrait pour son pays, un pays fier de sa force, de ses couleurs et de sa diversité.

Une belle fête nationale en somme.


Enfin un Succès pour la France

Justement, parlons-en de notre fête nationale.
Alors que d'autres pays célèbrent leur création (Suisse), leur indépendance (Norvège, Suède, U.S.A.) ou leur réunification (Allemagne), la France fête l'attaque d'une prison. Surprenant, non ?

L'histoire officielle nous parle d'un magnifique soulèvement populaire spontané, d'une lutte héroïque et digne visant à délivrer de nombreux prisonniers politiques incarcérés dans des conditions inhumaines par un régime despotique.
On en pleurerait presque.

Cependant, une analyse un brin rigoureuse des faits (cf "Les beaux mensonges de l'Histoire" de Guy Breton) nous apprend ceci :
- Le "magnifique soulèvement populaire spontané" était en fait manipulé par des partisans du Duc d'Orléans, dans le but de renverser Louis XVI et d'installer leur maître sur le trône.
- La "lutte héroïque et digne" fut en réalité une plaisante excursion puisque la garnison d'Invalides qui défendait la place se rendit sans combattre, ou presque, ce qui n'empêcha pas une joyeuse boucherie et quelques assassinats de la part des émeutiers qui défilèrent ensuite en exhibant fièrement quelques têtes au bouts de leurs fourches.
- On libéra bien des prisonniers ce jour là : quatre faussaires, un libertin et deux fous. On découvrit bien des instruments de "torture" : une armure médiévale et un presse d'imprimerie. On constata les conditions de détention des malheureux enfermés : des cellules de 50 mètres carré dotées de meubles, d'une cheminée et d'un "room-service" efficace (jeux, animaux de compagnie, tabac, alcools, vêtements, mets raffinés)
- Quant au souverain despote, il avait envisagé de démolir la Bastille dès 1784 pour des raisons économiques !

Un mensonge grossier sur un événement peu glorieux devenu le symbole de notre Histoire nationale, voilà ce que nous allons célébrer dans deux jours.

D’un autre côté, histoire de voir le bon côté de la chose, si la Bastille n’avait pas été prise en ce jour de 1789, point de grasse matinée au matin du 14 juillet (bon, moi j’irai travailler mais je me rattraperai le 1er août), point de feux d’artifices et surtout, point de bal des pompiers aux six coins de l’hexagone !

Alors, pour célébrer ce jour de gloire dans la joie et l’allégresse, Brenthonne-les-Vaches est heureux de vous proposer une playlist spéciale «Bal du 14 juillet», pleine de musique de danse de jeunes et de lampions bleu-blanc-rouge.

Dansons la Carmagnole mes chers compatriotes !

(et les autres aussi)

11 Comments:

At 12 juillet, 2006 22:43, Blogger Franck said...

Bien entendu, c'est un peu une playlist "Pour de rire", j'espère que vous ne prenez pas tout ce que je dis au premier degré (Si ? Ah ben c'est pas de chance alors...)

 
At 12 juillet, 2006 23:18, Anonymous Anonyme said...

Comme à chaque fois, un régal à te lire et là la playlist .... la 1ere en fond c'est dejà grandiose :))

 
At 13 juillet, 2006 20:02, Anonymous Anonyme said...

ah ben bravo comme d'hab pour tes choix pas du tout connus ou peu et variés (t'as réussi à caser les Artics Monkeys t'es balaise quand même...)
le morceau de Kterine est un régal, j'aurais rajouté le merveilleux "dancin' with myself" du grand Billy

 
At 13 juillet, 2006 20:07, Anonymous Anonyme said...

Ca, je trouve que plusieurs autres dates auraient mieux fait l'affaire pour la fête nationale. Si quelqu'un veut bien en parler à notre Président ...
Franck, j'espère qu'un jour on te proposera d'organiser le bal des pompiers de Brenthonne, ça pourrait devenir culte avec tes choix de zik! (mais y a-t-il des pompiers à Brenthonne d'ailleurs?)

 
At 13 juillet, 2006 20:40, Blogger wayne99 said...

En meme temps, et plus prosaiquement, si il n'y avait pas eu la Revolution, il y aurait toujours un roi en France, et on en serait au meme stade qu'ici: 200 ans en retard sur beaucoup trop de choses!
Qu'on leur coupe la tete!

 
At 13 juillet, 2006 23:27, Blogger Franck said...

Hécate > Bienvenue à Brenthonne-les-Vaches, Ô déesse de la Lune.
Ca me fait toujours plaisir de voir de nouvelles têtes et d'entendre de si doux commentaires !
J'espère te lire souvent par ici !

Dragibus > Merci, le compliment me fait d'autant plus plaisir qu'il vient d'un fin connaisseur !
En fait, je commence par choisir un morceau des Arctic Monkeys et je fais la playlist autour ;-)
J'ai entendu "Louxor j'adore" en live à la radio et c'était de la folie pure !
Un petit Billy ? Y'a qu'à demander et hop, voilà un quinzième titre (j'ai ajouté d'autres trucs sympas aussi).

Mélanie > Il y a bien un bal à Brenthonne mais il se déroule pendant la Vogue (la fête du village) qui aura lieu la semaine prochaine. Cependant l'idée est très bonne, je crois que je vais présenter ma candidature au Comité des Fêtes !

Wayne99 > A mon avis, en France, les seules differences avec l'Ancien Régime sont que maintenant nous élisons notre roi et que les "aristocrates" sortent de l'E.N.A.
A part ça, c'est toujours le même décalage entre les pseudo-élites et le peuple.
J'ai également l'impression que les privilèges n'ont pas vraiment été abolis (cf l'amnistie de Guy Drut par exemple).
Enfin on se demande où est la Démocratie quand une large part des citoyens n'est pas ou peu représentée à l'Assemblée Nationale (F.N., écolos, extrème-gauche, "société civile"...) et que Chirac nous dit que les promesses électorales n'engagent que ceux qui les écoutent ou que Sarkozy affirme qu'une fois Président il considérera le référendum sur la Constitution Européenne comme nul et non avenu.
Je préfère de très loin le système suisse, un modèle de Démocratie participative.

 
At 13 juillet, 2006 23:28, Anonymous Anonyme said...

Ouais, au fait, ils sont où les pompiers à Brenthonne les Vaches ?
c'est l'étoile que Marionnette a gagné au ski, on dirait bien ?
Gros bisous de belle maman et cette fois, je mets un s à bisou

 
At 13 juillet, 2006 23:44, Blogger Franck said...

Mamie Chantal > Ben justement, ils ne sont pas à Brenthonne mais à Bons-en-Chablais (ça va encore, c'est pas trop loin).
Sinon, la fée Bouclette et le ski alpin, c'est pas encore le grand amour, alors on attendra un peu pour la 1ère étoile (je l'ai bien passée à 11 ans moi).
BisouS tout plein aussi !

 
At 18 juillet, 2006 00:19, Anonymous Anonyme said...

Bon sang de bois ! C'est bien la première fois que je vois - enfin, que j'ENTENDS - les Fatals Picards sur une playlist !

Ca me ragaillardis et du coup, je m'en fous des mensonges de l'Histoire... Allez hop !

 
At 19 juillet, 2006 14:24, Anonymous Anonyme said...

Eh oui, on fait dire ce qu'on veut à l'Histoire finalement. Normal puisque l'histoire n'est que de l'actualité passée, et qu'on fait dire ce qu'on veut à l'actualité (suivez-mon regard...)
Enfin, c'est toujours agréable de voir quelqu'un remettre la cour au milieu de la prison...
Merci

 
At 24 juillet, 2006 23:00, Blogger Franck said...

Chris > Il y avait déjà "Comme un océan" des mêmes joyeux trublions dans ma playlist "Saint-Valentin". Je la ressortirai en février !

Arpenteur > Bienvenue à Brenthonne-les-Vaches ! J'espère t'y revoir souvent !
Entièrement d'accord avec toi sur le lien entre Histoire et traitement de l'actualité. Aujourd'hui plus que jamais, l'important n'est pas dans ce que l'on fait mais dans la manière de le raconter.

 

Publier un commentaire

<< Home